Le Projet Alarm2017-09-29T15:30:01+00:00

LE PROJET ALARM

« POUR UNE SÉCURITÉ SANS FRONTIÈRE »

Les conséquences d’une catastrophe naturelle ou d’un accident technologique ou industriel ne s’arrêtent pas aux frontières d’un pays. Un bassin de vie et de risques communs ne doit pas connaître d’obstacle à la réalisation des missions des services de secours en situation d’urgence.

Avec 620 km de frontière commune, la France et la Belgique sont particulièrement concernées. La zone frontalière est marquée par une forte concentration d’industries, la présence de deux centrales nucléaires (Gravelines et Chooz), la similitude des risques naturels (inondations, glissements de terrain, cavités souterraines), la présence de grands axes de communication, une urbanisation transfrontalière importante et une forte densité de population (324 habitants au km2).

Face à ces risques partagés, les réglementations et les modes opératoires et même la langue diffèrent d’un État et d’une région à l’autre. Comment mieux communiquer pour mieux anticiper les risques et intervenir de manière concertée et efficace, notamment en situation d’urgence ?

Pour répondre à ces enjeux, le projet Interreg V FWV « ALARM » réunit 26 partenaires français, wallons et flamands autour d’une triple ambition :

PARTAGER L’ANALYSE DES RISQUES EXISTANTS

APPRENDRE A COLLABORER AU QUOTIDIEN POUR MIEUX REAGIR EN SITUATION

PROMOUVOIR UNE CULTURE CITOYENNE DE LA SECURITE CIVILE

Lancée en 2015 sous l’impulsion du préfet de la zone de défense et de sécurité Nord, cette initiative tripartite « France – Wallonie – Flandre » vise à développer une coopération transfrontalière opérationnelle entre les acteurs de la sécurité civile de part et d’autre de la frontière franco-belge, aux différents niveaux (analyse des risques, planification, gestion de crise) et sur un large éventail de risques.

Le service départemental d’incendie et de secours du Nord (SDIS 59) a été choisi pour être le chef de file du projet ALARM, d’un commun accord entre les partenaires belges et français.

LES OBJECTIFS DU PROJET ALARM

Le projet ALARM se déploie autour de trois axes.

AXE 1

La gestion intégrée des risques

Le premier objectif du projet est de mettre en place une gestion intégrée des risques (naturels, technologiques et humains) de part et d’autre de la frontière, en créant notamment

– une plate-forme d’échange d’informations commune afin de développer une coopération opérationnelle « au quotidien » entre les sapeurs-pompiers français et belges

– une cartographie des risques transfrontaliers.

AXE 2

La coopération au quotidien

L’élaboration d’un schéma transfrontalier d’analyse et de couverture des risques (STACR) permettra aux sapeurs-pompiers français et belges d’intervenir ensemble en situation d’urgence.

Des exercices et des entraînements de grande ampleur seront organisés.

AXE 3

La sensibilisation des pouvoirs locaux et des populations

Le projet ALARM impliquera les élus, les maires français et les bourgmestres belges pour les soutenir dans leur rôle de sensibilisation auprès de la population.

Des formations et des actions de sensibilisation à destination des services de secours et des élus permettront de développer une culture commune d’assistance transfrontalière.

UN PROJET COFINANCÉ PAR L’UNION EUROPÉENNE

Le projet ALARM s’inscrit dans le cadre du programme de coopération territoriale européenne Interreg V France-Wallonie- Vlaanderen 2014-2020. Le projet a été sélectionné à l’issue d’un comité de pilotage du programme réuni le 7 juillet 2016, dans le cadre d’un appel à projets lancé en 2015.

Il bénéficie ainsi d’un cofinancement européen à hauteur de 50% du budget total, soit 1 434 379 € du Fonds européen de développement régional (FEDER) pour un budget de 2 868 758 €.

D’une durée de quatre ans, le projet ALARM a démarré officiellement le 1er octobre 2016. Il se poursuivra jusqu’au 31 septembre 2020.

ALARM INTERREG V map homepage

LE PROGRAMME INTERREG V « France – Wallonie – Vlaanderen »

26 PARTENAIRES FRANÇAIS, WALLONS ET FLAMANDS

Le projet ALARM s’étend sur l’ensemble de la frontière, de la côte jusqu’à la province de Namur et le département des Ardennes

Il rassemble 26 partenaires français et belges

le préfet de zone de défense et de sécurité Nord, les gouverneurs de la province de Flandre occidentale et de la province de Hainaut, la Métropole Européenne de Lille

7 zones de secours belges et 3 services départementaux d’incendie et de secours

la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) Hauts-de-France, l’Institut Scientifique de Service Public (ISSeP), l’Agence d’Information de Flandre, l’Agence pour les services maritimes et côtiers

Responsables et experts de la mise en oeuvre des politiques de sécurité civile