/Gestion intégrée des risques
Gestion intégrée des risques 2017-09-29T15:30:00+00:00

GESTION INTEGREE DES RISQUES

Stratégie et objectifs généraux

Parce qu’ils partagent les mêmes bassins de risques, les populations et territoires transfrontaliers sont potentiellement soumis aux effets de menaces communes, qui ne s’arrêtent pas aux frontières administratives et peuvent impacter des enjeux de l’État voisin. Dans ce cas, une gestion transfrontalière optimale des risques est nécessaire.

Les acteurs franco-belges de la sécurité civile sont souvent confrontés à des problèmes pratiques lors de leurs interventions transfrontalières:la barrière du bilinguisme, les problèmes de connaissance et de partage des informations sur les menaces et les enjeux. Ils entravent la bonne organisation opérationnelle des secours et la gestion coordonnée des situations d’urgence.

Le projet ALARM se doit de consacrer un module de travail à la gestion des risques. Son objectif est d’apporter des solutions techniques, concrètes et durables facilitant la décision et les interventions en situation d’urgence.

Partant des résultats du projet APPORT, la démarche prévoit :

  • D’étendre la portée du projet à la Flandre occidentale, puis à l’ensemble de la frontière Franco-Belge ;

  • D’élargir la prise en compte des risques transfrontaliers : technologiques, industriels, naturels et anthropiques ;

  • De rendre interopérables les informations issues de chaque région et les mutualiser pour les rendre disponibles à tous les acteurs concernés ;

  • De constituer, à l’attention de ces acteurs, un support pour les outils opérationnels d’aide et de gestion des situations d’urgence concernant les populations et territoires transfrontaliers.

Les résultats acquis permettront une gestion intégrée des risques transfrontaliers et une solide base pour le reste du projet.
Un état des lieux des risques et des services de part et d’autre de la frontière permettra de développer l’information. Cette dernière sera intégrée dans une plate-forme unique, constituant un outil transversal mobilisable pour des usages multiples (phase de planification, mobilisation opérationnelle, gestion de crise). Cet outil s’appuie sur les technologies et données existantes.

Dans l’esprit de la directive 2007/02/CE du 14 mars 2007 établissant une infrastructure d’information géographique dans la Communauté européenne, dite directive INSPIRE, les enjeux d’interopérabilité des données entre les différents partenaires et de responsabilisation des producteurs de données feront partie des axes structurants de ce module de travail.

ACTIVITE 1 : Connaissance des risques et enjeux transfrontaliers

Le territoire transfrontalier visé sera déterminé par les partenaires : une bande territoriale de 20km de part et autre de la frontière franco-belge est proposée.

Puis les menaces que peut subir ce territoire et les enjeux qu’il comporte seront inventoriés et cartographiés. Les différents types de menaces considérés sont :

  • technologique et industriel : sites classés SEVESO et non-SEVESO, transport de certaines matières dangereuses ;

  • naturel (inondations, submersion marine du littoral, glissements de terrain, pollution d’un bassin versant) ;

  • anthropique (accident de la route, incendie).

Ces menaces seront considérées pour leurs effets directs et indirects et différés.
Pour chaque type de danger, les informations nécessaires à l’évaluation des risques seront récupérées auprès des acteurs concernés. Il s’agit de la caractérisation de l’aléa destructeur ou perturbateur et de la vulnérabilité propre des enjeux face à cet aléa.

Les données nécessaires à la planification d’urgence et la gestion de crise seront obligatoirement collectées. Il en sera de même pour les informations relatives à la gestion opérationnelle des services de secours.

En fin d’action, un recueil complet des menaces et enjeux transfrontaliers pourra être publié à l’attention principale des acteurs franco-belges en charge de la sécurité civile et de la prévention des risques et des sinistres.

Liste des partenaires impliqués :

SDIS 59, Métropole Européenne de Lille (MEL), DREAL NORD PAS DE CALAIS PICARDIE, Institut Scientifique de Service Public (ISSeP), Federale Diensten van de Gouverneur van West-Vlaanderen, ZONE HAINAUT OUEST, ZONE HAINAUT CENTRE, ZONE HAINAUT EST, ZONE WESTHOEK, ZONE FLUVIA, Vlaamse Overheid – Agentschap voor Maritieme Dienstverlening en Kust (MDK), Centre Informatique du Hainaut, EMIZ NORD, Services du Gouverneur de la Province du Hainaut, Service Public de Wallonie, Préfecture de Zone de Défense EST, SDIS 02, SDIS 08, Services du Gouverneur de la province de Luxembourg, Services du Gouverneur de la Province de Namur, Zone de secours LUX, Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen (AGIV), Zone de secours DINAPHI

ACTIVITE 2 : Convergence des référentiels et nomenclatures issues de chaque Région

Chaque territoire dispose de ses propres référentiels et nomenclatures pour décrire et quantifier ses risques et enjeux. Les données cartographiques souffrent de ce manque d’interopérabilité : référentiels cartographiques et méthodes de constitution différents, mauvaise continuité entre les données, nomenclatures différentes,… A cela s’ajoute l’usage de 2 langues.

La correspondance de ces référentiels et nomenclatures doit être établie pour caractériser les risques et les enjeux à l’échelle du bassin de risques, indépendamment de toute frontière administrative. Il est impératif de pouvoir désigner les mêmes choses par les mots, ou tout au moins comprendre ce que signifient les termes provenant d’autres Régions.
Ce travail comportera un volet de traduction entre le français et le néerlandais.

Des correspondances seront établies de la même façon pour les données cartographiques : elles serviront de base au travail de convergence des données. L’objectif est de reproduire les données cartographiques du territoire transfrontalier dans un système cartographique commun. Pour cela, il faudra travailler sur la convergence des référentiels utilisés pour produire ou décrire les données et sur l’adoption de formats de données communs, entiers ou partiels, par tous les producteurs de données concernés. Ces deux actions rendront interopérables les données issues des différentes régions et faciliteront leur gestion à l’échelle du bassin de risques transfrontalier.

Liste des partenaires impliqués :

SDIS 59, Métropole Européenne de Lille (MEL), DREAL NORD PAS DE CALAIS PICARDIE, Institut Scientifique de Service Public (ISSeP), Federale Diensten van de Gouverneur van West-Vlaanderen, ZONE HAINAUT CENTRE, ZONE FLUVIA, Vlaamse Overheid – Agentschap voor Maritieme Dienstverlening en Kust (MDK), Centre Informatique du Hainaut, EMIZ NORD, Services du Gouverneur de la Province du Hainaut, Service Public de Wallonie, Préfecture de Zone de Défense EST, Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen (AGIV)

ACTIVITE 3 : Constitution d’une plate-forme commune de partage et d’échange d’informations dédiée à la sécurité civile des territoires transfrontaliers

Cette activité est consacrée à la matérialisation de la structure chargée d’accueillir toutes les données collectées.

La plateforme commune d’échange d’informations sera une base de données comportant toutes données collectées, ainsi que des liaisons directes vers certains producteurs de données.

Afin de conserver le caractère dynamique de certaines données, la plateforme assurera des liaisons directes et permanentes vers les sources de données authentiques, via l’usage des (web-)géoservices et sous la responsabilité de leurs producteurs respectifs (directive INSPIRE). Cela facilitera la mise à jour des informations et la diffusion des données actualisées en temps réel.
La plateforme sera développée avec les conseils et la collaboration des partenaires producteurs, gestionnaires et/ou diffuseurs de données (cartographiques et autres). Bien qu’opérationnelle dans les 2 premières années du projet, son contenu sera progressivement enrichi durant toute la durée du projet.

Liste des partenaires impliqués :

DREAL NORD PAS DE CALAIS PICARDIE, Institut Scientifique de Service Public (ISSeP), Vlaamse Overheid – Agentschap voor Maritieme Dienstverlening en Kust (MDK), Centre Informatique du Hainaut, EMIZ NORD, Service Public de Wallonie, Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen (AGIV)

ACTIVITE 4 : Vers les outils de gestion opérationnelle et des situations d’urgence

Pour servir les outils de gestion opérationnelle en situations d’urgence, la plateforme commune doit :

  • Disposer de toutes les informations requises: caractérisation des risques et des enjeux sur le territoire concerné, scénarii des plans d’urgence, renseignements administratifs.

  • Intégrer les informations relatives aux ressources mobilisables par les services de secours et de l’état de celles-ci. Relayer en temps réel l’évolution des menaces et le suivi des opérations de secours ;

  • Communiquer instantanément toutes les informations à tous les acteurs en situation d’urgence.

La plate-forme pourra répondre à ces critères moyennant une adaptation des fréquences de mise à jour.
C’est pourquoi d’une part, la plateforme recourrera préférentiellement à des liaisons par (web) géoservices pour actualiser en temps réel les données sensibles.

En outre, une application sera développée pour permettre aux utilisateurs d’actualiser les données selon l’évolution des menaces et l’état des ressources mobilisables. Elle comportera des outils de traitement de données de la plateforme et des analyses spatiales, permettant d’évaluer ou d’anticiper les effets redoutés.

Cette action sera réalisée en adéquation avec l’action 2 du module « Coopération opérationnelle ». La collaboration des services de secours sera sollicitée. Cet outil opérationnel est attendu pour la dernière année du projet et testé lors des exercices sur table et sur le terrain.

Liste des partenaires impliqués :

SDIS 59, Préfecture du Nord – Cabinet SIRACEDPC 59, DREAL NORD PAS DE CALAIS PICARDIE, Institut Scientifique de Service Public (ISSeP), Federale Diensten van de Gouverneur van West-Vlaanderen, ZONE HAINAUT OUEST, ZONE HAINAUT CENTRE, ZONE HAINAUT EST, ZONE WESTHOEK, ZONE FLUVIA, Centre Informatique du Hainaut, EMIZ NORD, Services du Gouverneur de la Province du Hainaut, Service Public de Wallonie, Préfecture de Zone de Défense EST, SDIS 02, SDIS 08, Services du Gouverneur de la province de Luxembourg, Zone de secours LUX, Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen (AGIV), Zone de secours DINAPHI

ACTIVITE 5 : Dissémination des résultats acquis et des bonnes pratiques

Cette action vise la valorisation des méthodes et techniques mobilisées dans ce module de travail auprès de futurs usages.

L’idée consiste à utiliser les réalisations et les retours d’expérience du projet ALARM pour établir des guides de bonnes pratiques relatives à la gestion et l’interopérabilité des données, les procédures utilisées pour les services de secours et la gestion des situation d’urgence.

Ces guides doivent permettre de reproduire et d’appliquer la démarche de ce projet pour d’autres t erritoires constituants des bassins de risques.

Cette action est réalisée avec la collaboration des partenaires techniques et institutionnels chargés de la prévention des risques, de la sécurité civile et de la gestion des données. Son calendrier se répartit tout au long du module selon l’avancement des actions 1 à 4.

Liste des partenaires impliqués :

SDIS 59, Métropole Européenne de Lille (MEL), DREAL NORD PAS DE CALAIS PICARDIE, Institut Scientifique de Service Public (ISSeP), Federale Diensten van de Gouverneur van West-Vlaanderen, ZONE HAINAUT OUEST, ZONE HAINAUT CENTRE, ZONE HAINAUT EST, ZONE WESTHOEK, ZONE FLUVIA, Vlaamse Overheid – Agentschap voor Maritieme Dienstverlening en Kust (MDK), Centre Informatique du Hainaut, EMIZ NORD, Services du Gouverneur de la Province du Hainaut, Service Public de Wallonie, Préfecture de Zone de Défense EST, SDIS 02, SDIS 08, Services du Gouverneur de la province de Luxembourg, Services du Gouverneur de la Province de Namur, Zone de secours LUX, Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen (AGIV), Zone de secours DINAPHI