Le 21 octobre, le Département du Nord et les provinces de Flandre-Occidentale et du Hainaut ont fêté trente ans de coopération transfrontalière. Cette rencontre a eu lieu au Vélodrome de Roubaix.

En début de journée Jean René LECERF a laissé la parole à M.DEROSIER, père fondateur de la coopération transfrontalière. Ce dernier a félicité les acteurs qui travaillent depuis de nombreuses années à l’évolution de cette coopération qui est, pour lui, un élément fondamental dans la construction européenne.

Dans son discours, JR.LECERF a, quant à lui, évoqué les grands projets menés ces 30 dernières années dans l’intérêt des populations et de l’aménagement du territoire transfrontalier. Il évoque tout particulièrement le projet « En avant » mené en coopération avec la Province de Flandre Occidentale en faveur de l’emploi.

La parole a ensuite été donnée à Carl DECALUWE, gouverneur de la Province de Flandre Occidentale. Il revient sur les accords signés en 1989 entre le département du Nord et La Flandre Occidentale et entre le Département du Nord et le Hainaut, pour lesquels des avenants seront signés en fin de matinée afin de renforcer et étendre la collaboration :

  • En 30 ans : 70 projets, en majorité axés sur le développement des territoires.
  • actuellement : 7 projets européens en cours entre le département du Nord et la Flandre occidentale (gestion et qualité de l’eau, valorisation de la mature, marché du travail transfrontalier, amélioration du cadre de vie des populations,…)

Tommy LECLERCQ, Gouverneur de la Province de Hainaut, est ensuite intervenu à son tour. Il a, lui aussi, souligné l’importance des différents projets locaux mais il a particulièrement axé son discours vers l’importance de la coopération en matière de sécurité civile. Il est revenu sur plusieurs événements marquants qui ont nécessité le soutien transfrontalier :

  • La catastrophe de la mine de Courrières en 1906 : plus importante catastrophe minière de tous les temps en Europe à l’origine de 1055 morts
  • Le raz de marée de la mer du Nord en 1953 : catastrophe naturelle qui a fait plus de 1800 morts
  • L’incendie de Ghislenghien : catastrophe industrielle des plus meurtrières en Belgique où 24 personnes ont perdu la vie et 32 ont été blessées.

Il cite alors le projet ALARM Interreg qui réunit de nombreux acteurs de France, Wallonie et Flandre Occidentale et notamment le SDIS du Nord (chef de file) et les services des gouverneurs des 2 Provinces qui oeuvrent depuis 2016 à l’amélioration de la coopération en matière de sécurité civile. Il rappelle qu’un accord binational a été signé en juillet 2019 dans le cadre de ce projet et que les cofinancements européens en matière d’Incendie et de secours sont importants pour poursuivre dans cette belle collaboration.

La fin de la matinée s’est ensuite déroulée en 2 temps. Tout d’abord, l’intervention de Karl Heinz LAMBERTZ (Président du comité Européen des Régions) sur l’importance de la coopération transfrontalière pour la cohésion de l’Europe.

« Les frontières de l’Europe portent les cicatrices des guerres du passé. Grâce à la politique de cohésion, les régions frontalières sont aujourd’hui des pierres angulaires de l’intégration européenne. Nous devons continuer à renforcer notre coopération transfrontalière » (Karl-Heinz LAMBERTZ – President of the European Committee of the Regions).

Ensuite, les discours ont laissé place a un temps d’achange entre Jean DE BETHUNE (Député de la Province de Flandre Occidentale), Serge HUSTACHE (Président du collège de la Province de Hainaut), Jean-Noël VERFAILLIE (Conseiller Départemental du Nord et mebre du Comité des Régions et de l’Union Européenne), Luc DEVOLDER (Rédacteur en Chef Ons Erfdeel vzw), Fabienne LELOUP (Professseur à l’UCLouvrain) et Jean PERONY (Directeur Général de la Missions Opérationnelle Transfrontalière-MOT).

Ce débat a notamment permis de mettre en avant l’importance de favoriser les microprojets sur 2021-2027. En effet, le souhait de favoriser les microprojets a été validé par l’ensemble des intervenants tout en nuancant sur la nécessaire répartition entre les projets locaux et les projets régionaux. Les représentants de la Flandre Occidentale ont également mis l’accent sur le nécessaire effort mutuel de compréhension de la culture et de la langue entre voisins directs.